Témoignages

Rebecca Schneidereit, étudiante à l’Université Dalhousie, apprend le français grâce au programme Explore.
Nouvelle-Écosse à Québec

 

J’ai commencé à suivre des cours de français en première année et je peux à peine dire plus que « bonjour ». À l’école intermédiaire, je cherchais à minimiser cette lacune en me disant que je n’aurais jamais besoin de parler français. J’avais tort. Lors d’un voyage en Europe après mon secondaire, ma meilleure amie et moi-même avons séjourné dans sa famille en France, où j’en étais réduite à communiquer par des grognements et des gestes, comme une femme des cavernes. Ces deux semaines n’ont pas été caractérisées par la richesse de mes échanges sociaux.

Je pensais que suivre des cours d’anglais à l’université me mettrait à l’abri de l’appel du bilinguisme; mais là encore j’avais tort. J’ai récemment assisté à un cours sur Shakespeare dans la France des Lumières. Les citations françaises tirées des premières traductions ont déclenché un fou rire chez les autres participants, alors que moi je feignais un sourire, navrée de ne pas saisir l’humour.

Je ne refuse plus d’admettre la vérité; je dois parler français, sans tarder. Mais à ce point ci, quelques heures de cours de langue chaque semaine ne peuvent suffire. Puis, un matin où j’arrivais en trombe dans l’édifice McCain, j’ai aperçu une table sur laquelle on faisait la promotion d’« Explore » – un programme de bourses qui aide les étudiants non francophones du secondaire et de l’université à apprendre le français. J’ai saisi un formulaire d’inscription posé sur la table, avant de me rendre en hâte à mon cours. Mon semestre est maintenant terminé à Dalhousie, j’ai fait à moitié mes bagages et je pars pour l’Université Laval, à Québec, vendredi matin.

Le Conseil des ministres de l’Éducation (Canada) [CMEC] est responsable d’Explore. Son site Web résume bien le programme : « Découvrez une autre région du Canada et profitez en pour approfondir votre connaissance du français. Explore vous propose cinq semaines de découverte, de rencontres et d’échange, dans un cadre stimulant pour l’apprentissage de votre langue seconde. »

Auparavant appelé le Programme de bourses d’été de langues, Explore est offert depuis 1971. Les sessions se déroulent au printemps et à l’été; les demandeurs ont donc le choix de la saison qui leur convient le mieux et des universités canadiennes où ils aimeraient étudier. Le site Web dit que les « établissements d’enseignement ont été choisis pour la qualité de leurs programmes » et que les villes sélectionnées l’ont été parce qu’elles représentaient bien le milieu francophone.

Les étudiants peuvent séjourner dans une famille d’accueil ou une résidence universitaire; j’ai choisi cette seconde option puisque je n’ai jamais expérimenté la vie en résidence, ayant toujours été une élève externe. L’hébergement, les repas et les cours sont entièrement couverts – soit une valeur de 2000 $. Il y a cependant une condition; pendant les cinq semaines qu’ils passent à Explore, les étudiants ne peuvent absolument pas communiquer en anglais, leurs lèvres ne doivent prononcer aucun mot en anglais. Tous les étudiants d’Explore ne parlent pas le même niveau de français – un test de maîtrise de la langue permet de les placer dans un cours approprié –, mais tous parleront en français. Cela peut sembler intimidant, mais les anciens d’Explore décrivent en termes élogieux leur expérience.

« Explore a probablement été une de mes meilleures expériences », déclare Shannon Stoodley, qui a récemment terminé ce programme de bourses. « J’ai rencontré des gens de partout au Canada, ce qui était génial. De plus, j’ai appris à parler français dans différentes situations… Il y avait toujours des tas d’activités à faire et une foule de personnes avec qui me réunir. »

Mais recommanderait elle ce programme? « Le programme est tout simplement fantastique. Si vous avez un jour la chance d’y participer, faites le… n’hésitez pas. »

Je suis donc assise à côté de ma valise à moitié remplie, me demandant quels tee shirts apporter. (S’il est écrit « GORILLAZ » sur mon maillot, est ce que cela veut dire que je communique en anglais?) Je suis excitée, intriguée et un peu terrifiée. Mais pour les étudiants de Dalhousie qui savent que le français n’a jamais été leur point fort – ou les étudiants qui aiment le programme de français de Dalhousie, ou une autre langue, et qui veulent aller plus loin –, Explore est parfait pour les vacances estivales.

Les candidatures de ceux qui ont déjà participé au programme sont elles aussi étudiées.

Je suis nerveuse, mais l’apprentissage du français sera d’une valeur inestimable pour mes études supérieures, mon vécu de Canadienne et mon éducation personnelle. Qui sait? Peut être que je passerai mes prochaines vacances en France, où je pourrai enfin commander un sandwich.

 

← Retour

Questions?

Nous serons heureux de répondre à vos questions sur Explore. Indiquez-nous comment vous joindre et nous communiquerons avec vous.